Ce bruit de portes ma mémoire
Comme on s'y fait de vivre mal.
Que ce soit l'orgue d'une foire
Ou la fleur de tulle d'un bal.

C'est longtemps avant qu'on ne parte,
Avant que l'aube n'ait changé
Le bleu du ciel sur une carte
Que l'on devient cet étranger,

Que l'on regarde son visage
Comme pour la dernière fois
Et que l'on devine son âge
Aux déchirures d'une voix.

Mémoire avec toutes ces choses
Que l'on sait bien qu'on laissera,
Ce mal de vivre qui repose
Si près du coeur s'y brisera.

Que ce soit l'orgue d'une foire
Ou la fleur de tulle d'un bal,
Ce rien d'un air dans la mémoire,
Cette couleur qu'on verra mal.

Ils sont de loin comme on emporte
Avec sa vie un air de rien,
Si près du coeur ce bruit de portes
Comme un battant qui va et vient.

                                                                    Rouben Mélik (1921-2007)

 

http://www.deezer.com/track/229886

DSC05266