Une femme sans âge
-je veux dire si vieille
Minée par les journées
Séchée par le soleil
Marche à demi penchée
Ombre noire dans l'ombre

Elle avance encore
Avec toutes ses années
Puis se repose à l'ombre
Des sommets enneigés
Ou s'assoit au soleil
Avant qu'il ne s'estompe
Derrière le clocher

Lui reste son grand chien
Allongé à ses pieds
A la fourrure profonde
Où enfouir son nez

Elle poursuit sa ronde
Avec toutes ses années
Toutes les choses passent
- Qui pourrait oublier ?

Lui reste une étincelle
Un rayon bleu de ciel
Promené sur les Choses


                                    Ce sont ses deux yeux clairs
                              A la conscience douce
                              Menant à l’essentiel
                                        De la nuit à nos sources.